06 janvier 2014

ON L'APPELAIT MAMIE.


1ere-on-mamie

 

4eme-on-mamie

 

La mise au monde annoncée est prévue le 08 janvier 2014. Dès le 11, je le présenterai au Salon du Livre de Liévin.

Mon sixième bouquin, en un peu moins de quatre ans, je me dis quelquefois que je n'ai pas chômé. Et à chaque fois un genre complètement différent, pour ne pas écrire deux fois le même bouquin :

                   - Sorti de l'ombre.             Suspense. Un huis clos dans les nuits du Musée du Louvre.

                   - D'herbe et de paille.        Recueil de nouvelles.  18 tranches de vie étonnantes.

                   - Ici la terre.                      Roman du terroir. Des jardiniers sur la terre du Nord.

                   - Au secours des Ch'tis.     Collection "jeunesse". Un détective privé, en Avesnois.

                   - Je marche donc je suis.   Six millions de pas, sur les chemins de Compostelle.

                   - On l'appelait mamie.         Un polar. Un vrai. Crimes en Avesnois, à Obrechies.

Je suis content parce que les cinq premiers ont bien "marché", comme on dit. Plusieurs titres, épuisés, ont été réimprimés, et le seront encore. Donc il n'en reste pas des centaines, tristement invendus,  au fond des librairies ou des armoires. Non, pas du tout, c'est tout à fait le contraire et c'est tant mieux.

Content aussi, et peut-être surtout, parce qu'au cours de ces quatre années, dans des dizaines et des dizaines d'endroits, des centaines de lecteurs m'ont répété sur tous les tons combien ils avaient aimé tel ou tel titre. Et beaucoup d'entre eux avouaient avoir passé un très bon moment de lecture.

C'est uniquement pour ça que je continue à écrire. Tout le reste - tout le reste -  je m'en fous complètement.

Alors si vous êtes amateurs de polars, n'hésitez pas à vous ruer sur "On l'appelait mamie". Un polar psychologique dont l'action se déroule principalement à Obrechies, petit village de la campagne avesnoise, mais pas seulement... Ca saigne un peu... eh oui... mais pas seulement...

Allez, bonne lecture à tous.


                        

 

 

Posté par piezylawski à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


10 octobre 2013

CHAGRIN D'ECOLE, de Daniel Pennac.


pennac-chagrin-decole

Qu'en 2007 ce livre ait obtenu le prix Renaudot, je m'en fiche complètement. Mais... quel bouquin ! Quel bouquin !

Un modèle de sincérité, et une lucidité à toute épreuve qui n'a d'égale que l'intelligence du propos. Un monument de l'autobiographie la plus étincelante, celle qui est tournée vers les autres.

Combien de profs ont commencé par être des cancres ? La statistique manque, sans doute parce que l'aveu coûte terriblement cher. Daniel Pennac a payé le prix, exorbitant, et par là même il peut tout naturellement être la voix de tous ces "mauvais élèves", ces cancres sans avenir.

Douleur... souffrance...angoisse... honte... échecs... calvaire... pendant des années il a connu le goût amer de ces journées interminables vécues dans le camp des bons à rien... et la fin de la journée d'école ne résolvait absolument rien : "Chaque soir de mon enfance, je rentrais à la maison poursuivi par l'école." Chaque soir de son enfance... rendez-vous compte.

Jusqu'au jour où un professeur pose sur l'élève Pennacchionni un autre regard... capable de déceler le talent caché qui ne demandait qu'à voir le jour. Alors d'un coup, après des années de souffrance, c'est la rédemption.

Le cancre deviendra professeur, écrivain. Et il se donnera comme mission de "sortir du coma scolaire une ribambelle d'hirondelles fracassées."

Bref, un livre-témoignage d'une tendresse infinie que tous les jeunes enseignants devraient avoir lu, avant même d'essayer de s'occuper des hirondelles.