FLUTISTE

 

Avec ce bouquin de Philippe Labro, je profite de l'occasion pour m'élever contre le culte, de plus en plus  présent - de plus en plus ridicule - de la nouveauté. Libraires, bibliothécaires, critiques littéraires, journalistes, organisateurs de salons du livre, lecteurs... ne jurent plus, pour la plupart, que par la dernière nouveauté parue... sans même se préoccuper de savoir si la qualié est au rendez-vous de ce dernier opus.

Avez-vous lu le dernier roman de Machin Chose ? Il est à tomber !

Sans blague ! Peut-être simplement parce qu'il vient de sortir, et que la tendance, la mode, la société du jetable, ont fait du livre un bien de consommation dont la durée de vie, sur les rayons des librairies, n'excède que rarement trois mois !!! Tout juste derrière les légumes frais, le poisson et les yaourts...

Triste !!! D'accord, c'est aussi un commerce. Mais triste, surtout, parce qu'encore trop de lecteurs associent nouveauté et qualité. Ca vient de sortir, donc c'est bien ! Comme si les pires conneries ne commençaient pas par être, elles aussi, des nouveautés !!!

Du coup, ma tête de mule s'interdit toutes les nouveautés, et ne les lira éventuellement qu'après plusieurs années. Avec discernement.

Alors justement, Le flûtiste invisible est paru en 2013. Trois nouvelles prenantes qui donnent à réfléchir sur le thème du hasard, la main de Dieu, le destin, l'aléatoire, le chemin de la vie... dont les orientations peuvent tout à coup changer, pour un grain de sable, un souffle, un rien. Dans Et soudain tout change, Gilles Legardinier ne dit pas autre chose.

Un bon bouquin, bien écrit bien sûr, intelligent jusque dans la moindre nuance. Rare. Et pour grimper encore d'un degré dans la réflexion sur soi, Labro place en exergue cette citation d'Einstein :

                  

"Tout est déterminé par des forces sur lesquelles nous n'exerçons aucun contrôle.

 Cela vaut pour l'insecte autant que pour l'étoile.

 Les êtres humains, les légumes, la poussière cosmique, nous dansons tous au son

 d'une musique mystérieuse, jouée à distance par un flûtiste invisible".

 

Un seul défaut. Majeur. Cet excellent bouquin a déjà quatre ans !!! C'est terrible !!!

 

LABRO


 

LABRO