12 mars 2013

LA VOIX DU NORD du 16 mars 2012. Extraits. par FLORENT MOREAU.

ILT TOP 2 COMP 25


 

 

Ecrivain, an III. La première fois que nous avons rencontré cet ancien professeur du Collège Lavoisier, c'était en février 2010, pour saluer son premier roman. Deux ans, un roman et un recueil de nouvelles plus tard, le Maubeugeois n'a pas changé : un flegme apparent, renforcé par des yeux très clairs et démenti par les contorsions de son corps. Pas changé ? Si. Il a fait une découverte : les salons du livre qu'il consomme sans modération. "Comme des tas d'auteurs, j'y passe 25 à 30 weeks-ends par an, parce qu'il y a de quoi faire. Dans le Nord Pas-de-Calais, environ 80 sont répertoriés. Le plus important c'est celui de Bondues, le plus gros au nord de la Seine. Enorme. C'est fou !"

A l'origine de ce passe-temps, un constat triste pour un écrivain qui publie après un an de labeur : "En librairie, un bouquin vit au maximum trois mois, observe-t-il. C'est un des trucs qui m'a fait le plus sursauter, au début. Je pensais que c'était plus long." Aussi les salons permettent-ils de "prolonger la durée de vie d'un livre, parce que, mine de rien, c'est quand même un boulot d'écrire. Ca ne se fait pas tout seul, c'est un travail et de longue haleine."

On n'entre pas dans un salon comme dans un saloon. Souvent, il faut soumettre au préalable un ouvrage au comité organisateur. Sans oublier les salons qui ont leurs auteurs attitrés... sans recommandation, aucune chance...

Dans ces salons, comme tous ses condisciples, Pierre Zylawski a sa petite table et ses bouquins dessus. "Si les visiteurs ne s'arrêtent pas, je ne les course pas, rigole-t-il. Pas de croche-pied non plus. La plupart des gens lisent la 4eme de couverture, ensuite on engage la conversation. L'auteur devient vendeur. En deux minutes, il faut présenter les points forts de ses bouquins. Mais parfois aussi on discute et on plaisante pendant une demi-heure." Et pour lui, ça n'a pas l'air d'être une corvée : "J'aime bien rencontrer des gens, des gens qui lisent. Parce que les gens qui sont là lisent tous, plus ou moins régulièrement, plus ou moins vite, mais ils lisent. Et beaucoup de genres différents."

Pierre Zylawski est régulièrement bombardé de questions, et lui aussi en pose : les goûts, les habitudes, la fréquence de lecture... D'où il ressort que le polar est très populaire. "Ah, ça, le roman policier pur a un lectorat tout à fait conséquent. Les gens veulent du sang, du sang partout, sur les murs ! Souvent d'ailleurs des personnes qui n'en ont pas l'air, chétives, des petits vieux !"

Le Maubeugeois se marre : "Moi, c'est un truc qui m'effraie."


 

 

 

 

Posté par piezylawski à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,