27 novembre 2018

Place aux penseurs...

Cette histoire est vraie, puisque je l'ai inventée.   Boris Vian.

                                                                   Peut-être... mais certains inventent tellement de mensonges...

Méfiez-vous du premier mouvement, c'est le bon. Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux.   Talleyrand.

                                                                  Bref, il est toujours bon de se méfier.

On fait l'idiot pour plaire aux idiots ; ensuite, on devient idiot sans s'en apercevoir.   Henri de Montherlant.

                                                                  Certains humoristes feraient bien de méditer ce propos...

Nous sommes ce dont nous nous souvenons.   Philippe Labro.

                                                                  Raison de plus pour fuir un certain Aloïs...

Je ne peux m'empêcher de croire que les hommes et les femmes ne disent vraiment ce qu'ils pensent les uns des autres que dans les moments où ils ne disent rien.   Yvan Audouard.

                                                                 C'est pour moi tellement vrai que j'espère un jour écrire "Au nom de tous les taiseux".


Posté par piezylawski à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 novembre 2017

TROIS VIES... TROIS DESTINS...


Actes Sud

 

Capus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un format reconnaissable entre mille, Actes Sud, c'est souvent très bien, et je ne suis vraiment pas le seul de cet avis. D'ailleurs, le dernier Goncourt vient de leur tomber dessus, et tant mieux pour eux !

Deux ans et demi, déjà, que ce bouquin que j'ai aimé a été publié. Je n'avais jamais rien lu d'Alex Capus, cet écrivain journaliste qui vit en Suisse et écrit le plus souvent en allemand. Mais la quatrième de couverture  laissait entendre que le lecteur allait croiser trois destins hors du commun qui ont effectivement traversé le vingtième siècle. Alors, moi qui aime qu'une part de vérité sous-tende une oeuvre quelle qu'elle soit, je me suis lancé...

Et je n'ai vraiment pas regretté. Sauf au moment de fermer définitivement le bouquin...

En fait, chacune de ces vies m'a littéralement embarqué, quasiment comme un roman d'aventures. Trois aventures pas forcément données à tout le monde, mais qu'Actes Sud nous offre sur un plateau :

En Grèce, aux côtés de Schliemann hanté par les ruines de Troie et de Cnossos, Emile Gilliéron, dessinateur de génie, n'hésitera pas à réinventer les parties manquantes des fragments mis au jour dans les fouilles. Un sacré faussaire.

Laura d'Oriano commencera comme chanteuse de cabaret et finira espionne.

A Los Alamos, Félix Bloch, physicien de génie, apportera sa contribution à la conception et à la réalisation de la première bombe atomique... avec tous les tourments inhérents à cette recherche...

Alex Capus passe de l'un à l'autre de ses héros avec le plus grand naturel, relançant ainsi à chaque fois l'intérêt du lecteur. Difficile de s'arracher à ces pages... vous verrez...



Posté par piezylawski à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2017

UN BRIN DE MEDITATION NE NUIT PAS...


Soleil C

Nombreux sont ceux qui affirment profiter de leurs vacances pour se ménager des temps de méditation. Alors je vous livre ici, en vrac, quelques pensées qui méritent peut-être qu'on s'y attarde...

On ne peut pas s'empêcher de vieillir, mais on peut s'empêcher d'être vieux.   Henri Matisse.

Le bonheur est composé de tant de pièces qu'il en manque toujours.

Allons, c'est décidé, mettons nos vaccins à jour et partons pour la France !    S. Hoffmann.

Rien n'est plus contagieux que la médiocrité.    Jean D'Ormesson.

Il faut être économe de son mépris, en raison du grand nombre de nécessiteux.    Chateaubriand.

Je voudrais que nos portes s'ouvrissent devant le singulier que le pluriel persécute.    Jean Cocteau.

Mieux vaut jamais que tard.     Nathalie Barney.

Il faut faire vite ce qui ne presse pas, pour pouvoir faire lentement ce qui presse.    Proverbe chinois.

Nous sommes tous dans le caniveau. Mais certains d'entre nous regardent les étoiles.   Oscar Wilde.

Puisque tu n'es bon à rien, me disait-elle, tu devrais écrire quelque chose. Tu me parles souvent des écrivains qui t'ont plu. Fais donc comme eux. Ecris.    Jean D'Ormesson.

                                                         Je vous souhaite, à tous, un bel été.



Posté par piezylawski à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,