21 mars 2016

LIVRE PARIS.


P1020080

P1020077

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Miséricorde ! Quel barnum ce salon du livre de Paris !!!

Cette année, pour ma seconde participation sur le stand des éditeurs et auteurs du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, au côté de Richard Albisser, responsable des Editions du Riffle, j'en ai vraiment vu de toutes les couleurs !

Oh, pas sur le stand de la région où chacun a tenté de présenter au mieux sa production, mais alors dans la salle aux allures de foirail du Sud-Ouest c'est le culte de l'apparence et du s'écouter parler, à tous les étages ! Celui de la vedette aussi, celle qui s'évertue à prendre la pose, sous son meilleur profil et dans la meilleure lumière... Et on est malheureusement bien loin du livre et de la littérature... si loin...

Vous croyez que j'exagère ? Je voudrais bien, mais non, malheureusement non... et encore, je me retiens...

Alors, surtout, que vivent les petits salons du livre, au fin fond des campagnes les plus obscures... là où des auteurs et des lecteurs anonymes se préoccupent uniquement des livres... et se moquent éperdument de l'apparence...


 

Posté par piezylawski à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


02 décembre 2013

A ETROEUNGT, LES JOURNEES DU LIVRE REGIONAL.


P1010488

P1010482 

A Etroeungt, dans l'Avesnois, les 23 et 24 novembre, comme tous les ans à la même époque et depuis des années, les JOURNEES DU LIVRE REGIONAL ont rassemblé de nombreux auteurs, venus parfois du sud du département, mais pas toujours...

Ainsi, par exemple, Chantal ABRAHAM nous est venue de Phalempin, dans l'agglomération lilloise, et Anthony EBERLE s'est déplacé depuis la région de Reims, en Champagne... et d'autres... et d'autres... Parce qu'ils étaient nombreux, ces auteurs, et ils proposaient des oeuvres fort diverses, pour tous les goûts.

Les visiteurs aussi sont venus en nombre, et avec eux la fête a donc été complète.

Tout cela bien sûr parce que, depuis bien longtemps, la municipalité tient à organiser, avec l'aide du département, cette belle manifestation, au coeur des prairies de l'Avesnois. Cette année encore, nous avons été accueillis on ne peut mieux.

Merci à tous.


Posté par piezylawski à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 mai 2013

1er MAI A CHIERRY.


 

 

SDF CHIERRY

 

Encore quelques exemples et ce site sera bientôt constellé d'articles vantant les mérites des salons du livre organisés dans de petits villages, par des équipes de bénévoles aussi dynamiques que compétentes.

Après Loivre voilà quelques semaines, le mercredi 1er mai c'était au tour de la commune de Chierry, collée à Château-Thierry au sud de l'Aisne, d'accueillir toute une bande d'auteurs dans sa magnifique salle des fêtes nichée sous les frondaisons du Parc Bellevue. La photo en témoigne : un cadre exceptionnel, tout comme l'accueil réservé à tous les participants.

On ne le répètera jamais assez, alors je le répète, nous devons beaucoup à ces gens qui ne ménagent vraiment pas leur peine et leur temps, pour mettre ces manifestations sur pied et, le jour venu, pour être d'une disponibilité et d'une gentillesse qu'on aimerait trouver partout.

Bravo à toute l'équipe de Chierry, exemplaire sur tous les plans, et que de nombreux auteurs auront à coeur de retrouver dans deux ans.

Mille mercis à tous.


 

Posté par piezylawski à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mars 2013

AU FOND DES PETITS PAYS.


A propos des salons, fêtes, festivals du livre, dont le journaliste parlait dans l'article précédent, on peut adopter au moins deux attitudes carrément opposées.

Ainsi, des auteurs s'évertuent, seuls ou par l'intermédiaire de leur éditeur, à se faire inviter dans les manifestations les plus réputées du pays : le salon du livre de Paris, bien sûr, celui de Brive, de Bordeaux, de Cognac pour le polar... sans oublier Bruxelles ou Francfort... Bref, les endroits où, pratiquement, il faut être allé, pour commencer à compter dans le monde de l'écriture.

En 2010, invité par mon éditeur du Sud-Ouest, j'ai participé pendant trois jours pleins, à Bordeaux. Plusieurs milliers de personnes ont défilé, en rangs serrés, en permanence dans au moins une centaine de décibels ! Et donc une difficulté permanente à se faire entendre, à écouter les gens... une vraie galère. J'en suis sorti le dimanche soir la tête complètement explosée, et avec la certitude que j'avais fini de fréquenter ces grands messes du m'as-tu vu.

Depuis, huit fois sur dix je fréquente des salons organisés au fond de petits pays dont, parfois, je n'ai même jamais entendu le nom. Sans rire. Et je pense que c'est bien. Bien sûr aucun ne m'apportera la notoriété d'une présence sur la même photo que Maxime Chattam ou Musso... bien sûr... mais au moins j'y rencontre vraiment des lecteurs, de vrais lecteurs, des gens. Parce que, croyez-le bien, dans les allées de ces petits salons, au plus profond des campagnes, on s'aperçoit tout à coup qu'on a en face de soi un lecteur qui achète et lit près de 150 bouquins par an, et depuis des années. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils savent en parler. Un jour, je dirai peut-être deux mots d'un certain Jean-Jacques... ou d'autres...

Les grandes agglomérations ont bien assez de points de vente auxquels les habitants ont facilement accès. A l'opposé, dans les zones rurales ou peu peuplées, peu ou pas de librairies, de bibliothèques ou de médiathèques, parfois un Bibliobus pour tout un secteur... C'est là qu'à mon avis il faut porter le livre, l'envie de lire, la possibilité des échanges, la présence physique des auteurs. Et combien de fois ai-je été étonné de la qualité de ces manifestations, quelquefois à n'y pas croire...

30 septembre 2012, 8h30, 20 km au sud de Soissons, en rase campagne une barrière coupe la route. A côté, un gars à VTT m'attend, moi ou un autre... Je suis son VTT et il m'emmène ainsi à l'emplacement qui m'est réservé  sous une tente individuelle, pour la journée. J'arrive en fait à la 20eme Fête du Livre de Merlieux-Fouquerolles. 250 habitants à tout casser. Dans la journée, 5000 visiteurs ont arpenté toutes les rues du village... Ces organisateurs-là, des gens du village,  font plus pour la lecture que bien des discours ministériels.

Alors dans cet esprit, je me déplace à Fismes et à Loivre, près de Reims, à la Nuit des Livres d'Esquelbecq, tout au bout des Flandres, à Bois-l'Evêque, à Auxi-le-Château, à Lumbres, à Blangerval-Blangermont (vous savez où c'est ?), à Morbecque, à Chierry, et pourquoi pas à Mareuil-sur-Aÿ... Il est vrai que je participe au show de Bondues, mais aussi à Mareuil-sur-Aÿ.

Tout au long de la journée, je discute - je discute vraiment - avec au moins 150 lecteurs, dans une ambiance toujours fort sympathique. Ces lecteurs-là sont venus pour quelques bouquins, bien sûr, et ils aiment les choisir, mais tous, dans leur attitude, montrent à leur manière qu'ils sont contents que des auteurs, souvent inconnus, soient venus leur parler, chez eux, au pied de leur maison. Alors j'y retourne.


 

 

Posté par piezylawski à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mars 2013

LA VOIX DU NORD du 16 mars 2012. Extraits. par FLORENT MOREAU.

ILT TOP 2 COMP 25


 

 

Ecrivain, an III. La première fois que nous avons rencontré cet ancien professeur du Collège Lavoisier, c'était en février 2010, pour saluer son premier roman. Deux ans, un roman et un recueil de nouvelles plus tard, le Maubeugeois n'a pas changé : un flegme apparent, renforcé par des yeux très clairs et démenti par les contorsions de son corps. Pas changé ? Si. Il a fait une découverte : les salons du livre qu'il consomme sans modération. "Comme des tas d'auteurs, j'y passe 25 à 30 weeks-ends par an, parce qu'il y a de quoi faire. Dans le Nord Pas-de-Calais, environ 80 sont répertoriés. Le plus important c'est celui de Bondues, le plus gros au nord de la Seine. Enorme. C'est fou !"

A l'origine de ce passe-temps, un constat triste pour un écrivain qui publie après un an de labeur : "En librairie, un bouquin vit au maximum trois mois, observe-t-il. C'est un des trucs qui m'a fait le plus sursauter, au début. Je pensais que c'était plus long." Aussi les salons permettent-ils de "prolonger la durée de vie d'un livre, parce que, mine de rien, c'est quand même un boulot d'écrire. Ca ne se fait pas tout seul, c'est un travail et de longue haleine."

On n'entre pas dans un salon comme dans un saloon. Souvent, il faut soumettre au préalable un ouvrage au comité organisateur. Sans oublier les salons qui ont leurs auteurs attitrés... sans recommandation, aucune chance...

Dans ces salons, comme tous ses condisciples, Pierre Zylawski a sa petite table et ses bouquins dessus. "Si les visiteurs ne s'arrêtent pas, je ne les course pas, rigole-t-il. Pas de croche-pied non plus. La plupart des gens lisent la 4eme de couverture, ensuite on engage la conversation. L'auteur devient vendeur. En deux minutes, il faut présenter les points forts de ses bouquins. Mais parfois aussi on discute et on plaisante pendant une demi-heure." Et pour lui, ça n'a pas l'air d'être une corvée : "J'aime bien rencontrer des gens, des gens qui lisent. Parce que les gens qui sont là lisent tous, plus ou moins régulièrement, plus ou moins vite, mais ils lisent. Et beaucoup de genres différents."

Pierre Zylawski est régulièrement bombardé de questions, et lui aussi en pose : les goûts, les habitudes, la fréquence de lecture... D'où il ressort que le polar est très populaire. "Ah, ça, le roman policier pur a un lectorat tout à fait conséquent. Les gens veulent du sang, du sang partout, sur les murs ! Souvent d'ailleurs des personnes qui n'en ont pas l'air, chétives, des petits vieux !"

Le Maubeugeois se marre : "Moi, c'est un truc qui m'effraie."


 

 

 

 

Posté par piezylawski à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,