02 avril 2013

PUISQUE C'EST VRAI, DISONS-LE.


 

Quel pavé ?

Oh, tout simplement et par exemple, quand vous osez dire que certains bouquins sont pratiquement illisibles, non pas à cause d'une orthographe folklorique, ou d'une syntaxe constamment défaillante, ou d'un vocabulaire (pardon, un lexique) à ce point inusité qu'il paraît tombé de la lune au milieu de votre jardin... non, non, rien de tout ça... ça c'est rien, ce ne sont que des peccadilles tout à fait annexes dont on ne va pas s'encombrer.

Non, à mon avis - et je vous garantis que je ne suis vraiment pas le seul à le penser - certains bouquins sont pratiquement illisibles (même si parfois ça ne les a pas empêchés de moissonner un voire plusieurs prix littéraires...) tant le fil conducteur de l'intrigue, donc la colonne vertébrale du récit, a été haché menu, malaxé à n'en plus finir, torturé, découpé en rondelles... vous voyez le genre... sans que, à aucun moment, l'auteur n'ait précisé sur la 4eme de couverture, qu'il s'agissait là d'un rébus, ou d'un puzzle, ou d'un casse-tête asiatique quelconque...

Rappelez-vous : deux, trois, quatre... histoires menées en parallèle... Des parallèles qui, dans le meilleur des cas, se rejoindront du côté du dernier chapitre, dans un vrai miracle d'écriture... Sans oublier, bien sûr, les multiples retours en arrière que vous devez savoir deviner... ou leur contraire, avec des projections dans un futur même pas précisé... Sans oublier, encore, les changements de narrateur dont on se demande ce qu'ils peuvent bien apporter, sinon un surcroît de confusion... j'en passe... j'en passe... je crois que beaucoup ont compris. Bref, le genre de livre que, dans votre lit à 2h du matin, recru de fatigue et d'incompréhension, vous tenez carrément à l'envers... et vous avez l'impression que, d'un coup, il est beaucoup plus clair !

J'ai horreur de ces bouquins écrits à l'encre du snobisme, donc quelquefois encensés par la critique, et qui se moquent éperdument du simple respect dû à chacun des lecteurs. D'abord le respect, non ?

Et comme j'adore, dans les salons du livre ou les librairies, ces lecteurs lucides, les deux pieds bien posés sur terre, et qui demandent avec leurs mots : "Dites, elle est bien claire, votre histoire ? C'est pas un truc incompréhensible ?" Parce que ceux-là sont de vrais lecteurs, éminemment respectables, je leur réponds invariablement dans un sourire : " Si vous ne pensez pas que cette histoire est compréhensible, surtout, n'allez pas la payer 19 euros. Ce serait du vol."

            Avez-vous remarqué que, pour une fois, cet article n'est pas illustré ?


 

 

Posté par piezylawski à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,