16 décembre 2018

REGARD DE FEMME.


Regard de femme BLes premières pages tournées, j'ai littéralement été aspiré par la lecture de ce polar tout à fait différent dans la mesure où il nous transporte dans des milieux inhabituels, pour le commun des lecteurs : le gouvernement, des ministères, la justice, la proximité des élections, les intrigues... Sans oublier l'originalité première du roman : pas de sang, mais un regard de femme...

Un beau polar, donc, et, je peux en témoigner ici, un bel auteur.

Voilà déjà quelques années, à l'époque de la parution de ce bouquin - eh non, ce n'est pas une nouveauté - le hasard a fait que j'ai vécu une journée entière assis juste à côté de Jean-Louis Debré, dans un salon du livre d'une petite ville des Flandres. Nous n'avons pas cessé de papoter, de blaguer, d'évoquer des anecdotes... Et je dois reconnaître que j'ai découvert ce jour-là une célébrité singulièrement sympathique.

Et quelle ne fut pas ma surprise, le midi, au moment de rejoindre la salle à manger contiguë où nous devions déjeuner tous ensemble, de trouver mon célèbre voisin qui m'attendait pour me demander d'accepter de manger à sa table, avec quelques autres auteurs... la table des officiels ne le tentait pas...

A cette époque, il avait déjà été juge d'instruction, député, ministre de l'Intérieur, président de l'Assemblée nationale, et il présidait le Conseil constitutionnel !

Pour moi, et définitivement, il fait partie des rares qui gagnent à être connus. Chapeau bas, Président !

JL Debré


 

 

Posté par piezylawski à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


29 novembre 2016

AMATEURS DE THRILLERS, ACCROCHEZ-VOUS !...

Cadres

 

Amis lecteurs, pour qu'un bouquin figure dans cette rubrique, il faut vraiment qu'il m'ait scotché, pour parler jeune. Donc quand je me décide c'est que vraiment, à mon humble avis, l'ouvrage sort de l'ordinaire...

Et c'est bien le cas de celui-ci, même si on peut toujours - et ce n'est pas le plus compliqué - critiquer tel ou tel aspect que, bien entendu, on aurait été bien incapable d'inventer soi-même... bien sûr... c'est tellement facile de jouer les critiques inspirés...

Pour moi, Pierre Lemaître était cet auteur qui m'a rappelé qu'un prix littéraire prestigieux pouvait être attribué à un livre intéressant, je veux dire un texte qui ne nous tombe pas des mains toutes les dix minutes ! Ainsi, en 2013, Au revoir là-haut m'a réconcilié avec le Goncourt. A mes yeux, il demeure un des romans de la décennie... pas moins.

Mais je ne savais même pas que cet auteur écrivait également des polars/thrillers.  Je suis tombé tout à fait par hasard sur Cadres noirs dont j'ai littéralement avalé les 440 pages... en une seule déglutition.

Rarissime, d'être à ce point happé par une intrigue, une poignée de personnages, une atmosphère de plus en plus tendue, un enchaînement de situations et de faits vraiment inhabituels... le tout dans des milieux que l'on ne fréquente pas forcément tous les jours : le monde impitoyable des très grandes entreprises, les cadres supérieurs, la haute finance, les chasseurs de têtes... mais aussi le chômage de longue durée... destructeur...

                      

           Lemaitre            

Et peut-être pour achever de vous convaincre, aucune fusillade pour décimer les personnages       encombrants, aucune mare de sang à répétition, aucune tuerie... et  pas même un  policier !!!      Preuve si elle manquait encore qu'un excellent thriller n'a nul besoin de se nourrir d'hémoglobine.

Quant au dénouement, je vous le recommande tout particulièrement. C'est une leçon.

Mille bravos à Pierre Lemaître.


 

                       

 

 


 

18 janvier 2016

MAMAN A TORT.


9782258118621 M BUSSI

 

On m'avait dit le plus grand bien des romans de Michel Bussi, et pour essayer j'ai lu le premier qui m'est tombé sous la main.

Miséricorde ! Qui c'est ce bonhomme ??? Pas étonnant que ses bouquins se vendent comme des confettis...

Psychologie, suspense, polar... tous les ingrédients sont rassemblés pour que vous n'entendiez même plus quand on vous parle. Vous voyez le genre.

Ici, Malone, un gamin qui n'a pas encore trois ans et demi, ne cesse de répéter que sa mère n'est pas sa mère... Comment peut-il affirmer une chose pareille quand on sait que, très vite,  la mémoire d'un enfant de moins de trois ans ne conservera aucun souvenir ??? Une situation véritablement hors du commun, et une enquêtrice, Marianne Augresse, qui n'est pas sortie de l'auberge.

Une dernière remarque : en lisant disons les cent dernières pages, je n'ai pas cessé de me dire, à propos de l'auteur, que ce bonhomme n'a pas un cerveau comme tout le monde. Vraiment, il est monté à l'envers.

Bonne lecture à tous.


Posté par piezylawski à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 novembre 2015

Dans les foyers maubeugeois.


Scan10008 B

Il a raison, bonne lecture à tous...


Posté par piezylawski à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 octobre 2015

DANS LA GAZETTE...


Scan10001

 

Scan10006


 

 

Posté par piezylawski à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


10 septembre 2015

FAMILLE NOMBREUSE : neuvième naissance !!!


première-1647-pour-mourir

 

Bienvenue dans la famille et dans ce monde agité !

En principe, ce petit dernier verra le jour sur les rayons des libraires dans la semaine du 14 septembre. Juste le temps que Sobook, le distributeur roubaisien avec lequel Le Riffle a décidé de travailler, réussisse à ventiler les premières centaines d'exemplaires un peu dans tous les azimuts.

Mon neuvième bouquin, depuis février 2010, est un polar pur et dur. Avec deux particularités essentielles : il évite les descriptions archisanglantes que je n'apprécie pas vraiment et, peut-être surtout, il est exclusivement maubeugeois. L'action se déplace dans les rues de la ville, des rues et des quartiers que vous ne manquerez pas de reconnaître.

Encore deux remarques. Si vous avez aimé On l'appelait mamie, mon premier roman policier, vous retrouverez ici la même équipe d'enquêteurs, le groupe Grégoire au complet : Léo Grégoire, Maeva Christopher... et leurs collègues, aux prises avec une énigme pas banale qui vous tiendra en haleine jusqu'au bout. Enfin, je tiens à rappeler une évidence : si les lieux existent bien, ce roman est une fiction. Intégralement une fiction.

Les Maubeugeois sont des gens pacifiques, vous le savez bien.

Bonne lecture à tous !


Posté par piezylawski à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juillet 2015

A PARTIR DU 14 SEPTEMBRE...


première-1647-pour-mourir Partiel 01

 

Il verra le jour le 14 septembre 2015, dans toutes les bonnes librairies...

Un polar maubeugeois qui vous tiendra en haleine jusqu'au bout...

Comme dans On l'appelait mamie, c'est encore le groupe Grégoire qui sera à la manoeuvre : Léo Grégoire, Maeva Christopher... et leurs collègues du SRPJ de Lille.

Un vrai suspense, pour tous les amateurs du genre... A bientôt.


Posté par piezylawski à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2015

TOUJOURS AUSSI GENTILS...


1ere-on-mamieVous m'avez dédicacé "On l'appelait mamie" à Noyelles-Godault. Je viens de finir ce livre et je vous dis : Bravo !  Il se lit très vite, votre style est parfait, vos personnages très bien. Merci d'avoir eu une psychologie particulière pour Maeva, ce qui est rare chez un auteur masculin. Continuez, si vous éditez un autre polar, je serai heureuse de le lire.    Noellie R.

Ce roman est un vrai moment de détente. Quelques anecdotes bien de chez nous m'ont permis de sourire. L'écriture est facile, l'histoire surprenante, j'ai pris un réel plaisir à vous lire. Merci. A quand une nouvelle histoire policière avec Léo et Maeva ? Rendez-vous pour le prochain roman.    Evelyne M.

Nous nous sommes croisés lors du salon du livre d'Arras. Maubeugeois, vous avez dédicacé votre livre à un autre Maubeugeois que je fus il y a quelque temps... J'ai vraiment apprécié ce duo de flics au fin fond de l'Avesnois. Au plaisir de se revoir, et au plaisir de vous lire sur d'autres aventures.    Pascal B.

Moi qui lis très rarement, j'ai dévoré et pris beaucoup de plaisir auprès de feue mamie. J'avais un peu peur au départ, mais ensuite je trouve ton équipe de flics très réaliste et très agréable par leur humanité : on a vraiment l'impression de partager leur quotidien. La partie scientifique est très bien documentée et le tout est très bien ficelé. On ne s'ennuie jamais. Bref, je tenais très sincèrement à te remercier.    Freddy S.


Posté par piezylawski à 12:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 février 2014

LA SAMBRE du 14/02/2014. Extraits. Nicolas Leclercq.


Double homicide à Obrechies !

MAMIE LA SAMBRE

Heureusement, ce n'est que de la fiction mais Pierre Zylawski réussit à nous plonger au coeur de l'action et du suspense, avec son nouveau titre paru aux Editions du Riffle. Son sixième ouvrage publié en l'espace de quatre années...

"Tous les bouquins que j'écris sont d'un genre différent. Je ne veux pas être catégorisé, j'écris en dilettante, pour me divertir.", nous explique l'auteur. Il ne se cantonne pas dans un style, la preuve avec "Au secours des Ch'tis", un roman édité chez Edition du Bout de la Rue, dans une collection "jeunesse". "C'est une enquête d'un détective privé qui doit se dérouler dans la région de l'auteur", nous explique-t-il.

Pour tous ses ouvrages, il se documente longuement. "Une fois que j'ai rassemblé assez d'éléments, il faut définir un fil conducteur, puis vient la période de la structuration de l'ouvrage." Quand on lui demande pourquoi il a situé l'action de son polar à Obrechies... :"J'aime bien Obrechies, j'y connais des gens, j'ai failli y habiter".

Vous souhaitez connaître les coupables ? Vous savez ce qu'il vous reste à faire...


 

Posté par piezylawski à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 février 2014

LA VOIX DU NORD du 16/02/2014. Extraits. Béatrice FRERE.


MAMIE LVDN A

Après cinq livres plutôt ancrés dans le terroir, voilà que le Maubeugeois embrasse un genre nouveau pour lui : le polar. Sacré défi pour un auteur surtout passionné par l'être humain... Le sang ? Très peu pour lui. Il lui a donc fallu se familiariser avec le milieu policier. Et ça donne "On l'appelait mamie", un bouquin qui ne tombe pas des mains...

"Mamie" est morte dès la première page... Sauvagement assassinée, Mathilde Baillé, 82 ans, ancienne institutrice d'Obrechies que tout le monde vénère... L'auteur s'est-il inspiré de la chronique quotidienne des faits divers pour conduire son intrigue ? Même pas ! Mais il ne se berce d'aucune illusion à ce sujet : la violence, le goût des lecteurs pour le gore... Il a d'ailleurs convoqué Honoré de Balzac comme premier témoin, dès l'épigraphe de son livre : "Toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité."

Pierre Zylawski a planté le décor dans le charmant village d'Obrechies, en prenant soin, insiste-t-il de ne froisser personne... Le fil conducteur... la chute finale, essentielle... et surtout ne pas négliger la documentation, tous azimuts. Ainsi, il a exploré la commune, visité l'église, la salle des fêtes. "J'ai aussi travaillé les aspects plus techniques de l'enquête avec mon voisin, ancien commissaire de police, et deux de mes anciennes élèves également entrées dans la police". Pour le reste, l'auteur a voulu soigner ses personnages, en s'attachant aux caractères...

Une bonne surprise. D'abord un plaisir incontestable, celui de retrouver dans un roman des lieux familiers : Obrechies, Maubeuge, Ferrière... L'omniprésence des dialogues - indispensables pour l'auteur si l'on veut voir avancer l'enquête en même temps que les policiers - ne gênera pas les habitués du genre. La bonne tenue de l'intrigue, et puis, une fois la dernière page refermée, on a envie d'en savoir plus sur Léo et Maeva, les deux policiers. Par petites touches, l'auteur livre un peu de leurs tumultes intérieurs. Quand on a envie de suivre les personnages, c'est bon signe...


 

Posté par piezylawski à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,