13 mai 2014

FIN DE CHAPITRE A ARRAS.


P1010496

P1010493  

 

C'est vrai qu'au 21 de la rue Gambetta, à Arras, on a senti, de très près, le vent du boulet. Le même boulet, le même vent, qui ont abattu aux quatre coins du pays, toute une série de librairies du groupe Chapitre.com. Drôle d'époque capable de rayer d'un simple trait de plume, des librairies, des libraires, des employés... entièrement dévoués à la cause du livre parfois depuis des décennies et des décennies.

Miracle régional, à Arras Chapitre est devenu La Grand Librairie, avec cette orthographe particulière d'autrefois. Et cette fois encore le miracle a du bon.

Si un jour ou l'autre vous décidez d'entrer dans cet endroit, comme c'est mon cas à chaque fois vous aurez inévitablement l'impression d'entrer dans une sorte de temple, de cathédrale peut-être... Plus que centenaire, à l'origine librairie religieuse, à l'étage comme sur la photo s'alignent sur deux épaisseurs des milliers de bouquins d'un autre temps. A mon dernier passage, j'en ai ouvert un tout à fait au hasard : 1764... Miséricorde ! Avant la Révolution ! Au rez-de-chaussée l'une des plus belles librairies du Nord Pas-de-Calais. Croyez bien que y'a pas photo !

Alors bon vent à La Grand Librairie, et à toute l'équipe à l'origine du miracle...


Posté par piezylawski à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 novembre 2013

ILS AIMENT...(extraits)... alors c'est pour eux que j'écris.

        


                              Scan10086 

 

C'est un livre qui m'apporte beaucoup de ressource mentale, de l'assurance, étant confrontée au départ accidentel de mon frère David, âgé de 33 ans. Une grande peine et un grand vide à surmonter difficilement, tous ensemble. Votre livre bouscule aussi nos croyances : nous ne sommes pas maudits... C'est avec intérêt que je le recommande autour de moi.     Laetitia G.

J'ai lu en trois jours "Je marche donc je suis". Inutile de dire à quel point j'ai adoré.  Amicalement.   Jocelyne P.

J'ai tout simplement adoré votre livre. Une magnifique histoire, pleine d'émotions, de courage, d'envie, un délice... J'ai besoin de partir et je pars à mon tour sur el Camino Francès. J'ignore quand je rentrerai, mais mon désir n'est pas de rentrer mais bien de partir. J'ai des choses à évacuer en moi, j'ai besoin de me retrouver, j'ai perdu le fil de ma vie. Merci pour ce livre qui me donne du courage, de l'espoir, et qui montre que malgré certaines épreuves la vie peut être belle. Cordialement.   François G.

J'ai terminé JMDJS hier soir et il m'a beaucoup plu. J'ai été emportée par toutes ces rencontres extraordinaires. J'ai eu plus d'une fois la gorge serrée et les larmes aux yeux... Merci pour toutes ces belles histoires qui nous mettent du baume au coeur. Amitiés.   Marylène  P.

Rompu aux lectures arides, je me suis progressivement détaché de la littérature dite "blanche"... pas grand chose ne m'a fait vibrer en littérature contemporaine... rien à faire, les épreuves de la vie m'ont rendu désabusé et je me délecte des écrits de ceux qui continuent à se rouler dans la fange du fatalisme... Autant dire que, de prime abord, j'avais un préjugé avant d'entamer la lecture de JMDJS... Et là, miracle !!! Le texte a agi sur moi comme un anti-inflammatoire sur une mauvaise arthrose... Je n'ai pas trouvé le sirop habituel dans lequel s'engluent les auteurs qui relatent pareille expérience. Au contraire, le récit m'a réconcilié avec l'humanité, et, me concernant, l'affaire eût pu paraître une gageure... Il y a de la sagesse philosophique dans le parcours tumultueux de ce héros, ce qui n'est pas pour me déplaire. Cerise sur le gâteau, la chute est digne d'un grand novelliste ! Merci d'avoir contribué à sauver mon âme de mécréant agnostique.  Amitiés.  Patrice  B.

Je termine à l'instant JMDJS et c'est un livre que je n'oublierai pas. J'ai été embarquée dans ce voyage, ces rencontres, ces atmosphères... et toutes ces émotions. J'ai beaucoup aimé et beaucoup appris. Merci.   Caroline  G.

Du "Kilomètre zéro, rendez-vous des héros", j'ai marché jusque la page 171 et fin de la première partie. "C'est un pas à la fois que je suis le chemin... Je marche et je marcherai, et je n'aurai de cesse que le pire en mon coeur un beau matin me laisse." Cette histoire est belle, profonde, tendre, attachante, émouvante... je vibre avec Jean de Mady... Tous ces pas, dans l'infini de la pensée, c'est magnifique. On s'en fout presque de Compostelle, seuls les pas comptent.   Christine  V.


 

14 mars 2013

ALORS L'HOMME TOUT NU...


 

 

                    Alors l'homme tout nu s'est penché sur la terre,

                    Il a gratté le sol, il a appris à faire

                    Ce que ne savaient pas son père et son grand-père.

                    Alors l'homme tout nu a enfoui la graine,

                    Il a veillé dessus et il a pris la peine

                    D'attendre jour et nuit que le miracle vienne.

                    Alors l'homme tout nu a regardé les cieux,

                    Il a vu, tout là-haut, dans le bleu de ses yeux

                    Que la terre ravie ferait de lui un dieu.

 


 

                   

Posté par piezylawski à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,