01 juin 2017

Titanic... Titanic... Titanic...

la-petite-couturiere-du-titanic-773148-264-432

Etonnant, ce roman, véritablement, dans la mesure où il mêle très habilement fiction et réalité. Et ce à propos d'une catastrophe dont tout le monde a entendu parler : le naufrage du Titanic.

Un bouquin de plus concernant cette fortune de mer ? Je n'en suis pas sûr, je crois même le contraire, dans la mesure où, pour une fois, l'auteur s'appuie sur des témoignages de survivants pour évoquer, dans le détail, un moment clé de l'accident : l'embarquement dans les canots de sauvetage. Et les révélations qu'on peut alors lire et qui sous-tendent toute la suite du roman ont vraiment de quoi bouleverser les plus endurcis.

Décidément, en toutes circonstances, certains échantillons de l'humanité n'auront jamais rien d'humain. Certains, pas tous. Et c'est sur cette poignée de personnes devenues personnages que Kate Alcott concentre son propos. Elle nous les présente telles qu'elles ont réellement été au cours de cette nuit d'horreur. L'iceberg, elle s'en fiche un peu, ou presque...

Suit ce qu'on peut appeler une romance, que certains lecteurs apprécieront, mais de mon point de vue ce qui distingue cet ouvrage de tous les autres vous l'aurez déjà lu, avant... Ne le ratez pas...


 

Posté par piezylawski à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


03 mars 2017

ET ENCORE DE SACRES LECTEURS !


premiere jai dix ans AJe remercie Me N... de m'avoir offert votre livre. La lecture a été un vrai régal. Je vous remercie d'offrir ainsi à vos lecteurs des temps de rêve, de contemplation, de belle humanité, sans tomber dans la mièvrerie, bien sûr. Nous en avons tant besoin ! Je vous souhaite encore de belles pages d'écriture.   Martine A.

J'ai adoré ton dernier livre. J'ai passé de très bonnes vacances de Noël avec Gabin. Je crois que c'est parce que je me suis senti proche de lui : une enfance dans un milieu très modeste, beaucoup de bons copains, l'envie de s'en sortir, la classe prépa, le bonheur de la réussite scolaire... Parfois, j'avais l'impression de m'appeler Gabin L... ou Christophe Bolek. Bref, une histoire très touchante.   Christophe  L.

Je vous ai rencontré dimanche à La Couture et j'ai attaqué la lecture dès lundi. Que du bonheur, dans la lignée de Ici la terre ou Je marche donc je suis ! Surtout ne changez rien et continuez dans ce style. C'est avec plaisir que je me couche le soir, après une bonne journée de travail, pour lire des livres de ce genre. J'attends avec impatience de vous revoir et de discuter bouquins. Bonne continuation.    Laurent T.       

premiere-jai-dix-ansJ'ai été surpris, en débutant le livre, en essayant de me souvenir de mes dix ans... Je me rappelle, hélas, de bien peu de choses, presque rien... Et puis d'un seul coup la surprise agréable d'être pris par la lecture, le summum se situant dans la fin des années collège. Un intérêt qui a encore rebondi au moment du retour aux sources de la fin du roman. Dire que le livre évoque beaucoup de souvenirs quand on a vécu certaines scènes citées est un euphémisme. Les descendants de mineurs polonais peuvent avoir à juste raison une petite larme au coin des paupières. Voilà, il ne me reste plus qu'à attendre le prochain livre... au boulot !    L'ours.

Après Ici la terre, c'est avec grand plaisir que j'ai lu votre dernier roman. Une bien belle histoire qu'en tant que commerçante j'ai parfois frôlée. Une histoire qui fait beaucoup de bien à cette époque difficile, et j'espère que beaucoup de gens l'ont lue. Y aura-t-il une suite ? Au plaisir de vous lire une autre fois.   Gaëtane G.

Juste le temps de dévorer votre ouvrage... C'est un livre "aux piles électriques", n'est-ce pas ? Il m'a d'autant plus touché, pour avoir vécu des moments comparables au parcours familial et d'enfant de Gabin. Son Gino et sa famille s'appelait pour moi Balthazar. Son Piéoluc qu'il a fallu supporter, cinquante ans après je me souviens encore de son nom... Ainsi j'ai eu dix ans à nouveau, et comme vous le dites... mais...  A bientôt de vous revoir dans un salon.   Pascal B.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par piezylawski à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 novembre 2013

ILS AIMENT...(extraits)... alors c'est pour eux que j'écris.

        


                              Scan10086 

 

C'est un livre qui m'apporte beaucoup de ressource mentale, de l'assurance, étant confrontée au départ accidentel de mon frère David, âgé de 33 ans. Une grande peine et un grand vide à surmonter difficilement, tous ensemble. Votre livre bouscule aussi nos croyances : nous ne sommes pas maudits... C'est avec intérêt que je le recommande autour de moi.     Laetitia G.

J'ai lu en trois jours "Je marche donc je suis". Inutile de dire à quel point j'ai adoré.  Amicalement.   Jocelyne P.

J'ai tout simplement adoré votre livre. Une magnifique histoire, pleine d'émotions, de courage, d'envie, un délice... J'ai besoin de partir et je pars à mon tour sur el Camino Francès. J'ignore quand je rentrerai, mais mon désir n'est pas de rentrer mais bien de partir. J'ai des choses à évacuer en moi, j'ai besoin de me retrouver, j'ai perdu le fil de ma vie. Merci pour ce livre qui me donne du courage, de l'espoir, et qui montre que malgré certaines épreuves la vie peut être belle. Cordialement.   François G.

J'ai terminé JMDJS hier soir et il m'a beaucoup plu. J'ai été emportée par toutes ces rencontres extraordinaires. J'ai eu plus d'une fois la gorge serrée et les larmes aux yeux... Merci pour toutes ces belles histoires qui nous mettent du baume au coeur. Amitiés.   Marylène  P.

Rompu aux lectures arides, je me suis progressivement détaché de la littérature dite "blanche"... pas grand chose ne m'a fait vibrer en littérature contemporaine... rien à faire, les épreuves de la vie m'ont rendu désabusé et je me délecte des écrits de ceux qui continuent à se rouler dans la fange du fatalisme... Autant dire que, de prime abord, j'avais un préjugé avant d'entamer la lecture de JMDJS... Et là, miracle !!! Le texte a agi sur moi comme un anti-inflammatoire sur une mauvaise arthrose... Je n'ai pas trouvé le sirop habituel dans lequel s'engluent les auteurs qui relatent pareille expérience. Au contraire, le récit m'a réconcilié avec l'humanité, et, me concernant, l'affaire eût pu paraître une gageure... Il y a de la sagesse philosophique dans le parcours tumultueux de ce héros, ce qui n'est pas pour me déplaire. Cerise sur le gâteau, la chute est digne d'un grand novelliste ! Merci d'avoir contribué à sauver mon âme de mécréant agnostique.  Amitiés.  Patrice  B.

Je termine à l'instant JMDJS et c'est un livre que je n'oublierai pas. J'ai été embarquée dans ce voyage, ces rencontres, ces atmosphères... et toutes ces émotions. J'ai beaucoup aimé et beaucoup appris. Merci.   Caroline  G.

Du "Kilomètre zéro, rendez-vous des héros", j'ai marché jusque la page 171 et fin de la première partie. "C'est un pas à la fois que je suis le chemin... Je marche et je marcherai, et je n'aurai de cesse que le pire en mon coeur un beau matin me laisse." Cette histoire est belle, profonde, tendre, attachante, émouvante... je vibre avec Jean de Mady... Tous ces pas, dans l'infini de la pensée, c'est magnifique. On s'en fout presque de Compostelle, seuls les pas comptent.   Christine  V.