12 novembre 2019

VAN GOGH A AUVERS.


autoportrait VG

 

Si l'âme de Léonard de Vinci rôde encore au Clos Lucé, celle de Claude Monet survit assurément à Giverny, et en moins de deux mois Vincent Van Gogh a réussi l'exploit de laisser son empreinte à Auvers-sur-Oise. Définitivement.

Né en 1853 aux Pays-Bas, il a 27 ans lorsqu'il décide de devenir peintre. Pendant dix années seulement, puisqu'il meurt, à Auvers, à 37 ans ! Dix années au cours desquelles, la plupart du temps sans un sou, il peindra plusieurs centaines de toiles, dont 70 dans les deux derniers mois de sa vie, à Auvers.

A ce rythme, ce n'est plus une vie, un art, mais bien une fulgurance régulièrement précipitée dans une tourmente dont il a rarement été le maître.

Pensez donc, des centaines de tableaux et de dessins aujourd'hui connus du monde entier... mais une seule toile vendue de son vivant !

DSC_0105                                                                                                                  

DSC_0107

La chambre de Van Gogh, au premier étage de l'auberge Ravoux.

DSC_0110

 

Il était là... et il y est encore un peu...

DSC_0111                                                                                                                

DSC_0114

 

 

 

 

 

 

 

La mairie d'Auvers-sur-Oise.

DSC_0122

 

L'église d'Auvers.

DSC_0123

 

Célébrissime.

DSC_0115

 

Son existence a été brève, mais ô combien agitée.

Les Pays-Bas, La Provence, Arles, l'asile de Saint-Rémi de Provence où l'on tente de soigner ses hallucinations et de le libérer des voix qu'il dit entendre...

Auvers, au contact d'autres peintres, et pas toujours pour des relations très apaisées : ainsi, en octobre 1888, il menace le peintre Gauguin avec un rasoir pour, finalement, se couper partiellement l'oreille droite...

Mais il trouve heureusement appui et réconfort auprès de son frère Théo qui le soutiendra financièrement, et il gagnera l'amitié du docteur Gachet, l'ami des peintres.

Sans ces deux-là, que serait-il devenu ? La question reste entière.

On sait simplement que sa mort aura été à l'image de sa vie, empreinte d'étrangeté, pour ne pas dire de mystère... Le 27 juillet 1890,dans un coin de campagne qu'il peignait, il se tire une balle de pistolet, s'effondre... mais trouvera la force de rentrer à l'auberge Ravoux, où il mourra le 29 juillet.

Etrange destinée.

DSC_0127

 

DSC_0124

Vincent et Théo, côte à côte, au cimetière d'Auvers, sous un lierre offert par le docteur Gachet.

VG oreille bandée

VG Ebouriffé              

VG pipe

 

Savez-vous pourquoi Van Gogh a peint au moins 25 autoportraits et plusieurs centaines de paysages ?

Simplement parce qu'il n'a jamais eu les moyens de payer les séances de pose d'un modèle.

Savez-vous combien se vend, aujourd'hui, le plus anodin de ses dessins ?

Injustice ?...


 

 

 

 

 

 

Posté par piezylawski à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,