11 mars 2019

L'instant zéro.


Finder-Joseph-L-instant-Zero-

Né en 1958, à Chicago, Joseph Finder a vécu une partie de sa petite enfance en Afghanistan et aux Philippines, avant que sa famille ne se fixe dans l'état de New-York.

Contacté par la CIA au cours de ses études universitaires, il devient officier de renseignements puis journaliste spécialisé dans les questions de politique internationale, au New York Times, au Wall Street Journal et au Washington Post. Au cours de cette période il acquerra une connaissance très pointue de ces milieux, connaissance qu'il fera partager à ses lecteurs au travers de ses ouvrages hyper documentés et d'un réalisme qui ne se dément jamais.

Ici, avec L'instant zéro, Finder nous embarque dans un thriller où s'affrontent en permanence agents secrets, désir de vengeance, volonté de destruction, terrorisme, milliards de dollars, mais également la terrible fragilité de l'amour maternel...

Sueurs froides garanties jusqu'aux pages ultimes de ce polar assez rare en son genre, pour avoir été écrit en collaboration officielle avec le FBI et la CIA. Ne le ratez pas.


Posté par piezylawski à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


19 février 2019

MOI QUI CROYAIS CONNAITRE JEHANNE...


JD

 

C'est vrai, comme tant d'autres je pensais connaître l'essentiel à propos de cette Jehanne d'Arc, de Domrémy...

C'était avant de lire - non, de dévorer - le bouquin de Roger Senzig et Marcel Gay, paru aux Editions Florent Massot, voilà déjà onze ans !!!

Marcel Gay est grand reporter à l'Est Républicain, et particulièrement chargé de suivre les affaires judiciaires. Roger Senzig est un ancien membre des services secrets de la France Libre pendant la seconde guerre mondiale. Spécialiste de Jeanne d'Arc, latiniste et paléographe, il a disséqué le parcours de la Pucelle.

Jeanne a-t-elle vraiment entendu des voix ? A-t-elle été mandatée par Dieu pour sauver le royaume de France ? Que sait-on, finalement, du destin hors du commun de cette petite bergère de Domrémy qui a donné son nom à un nombre incalculable de rues, inspiré plusieurs milliers de livres, une demi-douzaine d'opéras et une quarantaine de films ?

A quoi ressemblait-elle ? Quelle langue parlait-elle ? A-t-elle vraiment gardé des moutons ? Comment a-t-elle appris à chevaucher de fougueux destriers, à manier l'épée, à faire la guerre ? Comment a-t-elle pu approcher le roi ? Pourquoi tant de nobles seigneurs ont-ils décidé de suivre cette jeune inconnue ?

Et peut-être surtout, a-t-elle réellement été brûlée vive le 30 mai 1431, sur la Place du Vieux-Marché de Rouen ?

"L'affaire Jeanne d'Arc" vous prend par la main et ne vous lâche plus. Toutes affaires cessantes.

Alors bien sûr un ouvrage qui touche à un mythe et s'efforce de répondre à des questions que, normalement, on n'ose pas se poser, dérange. Le terme est faible. Un peu comme si ses auteurs avaient dégoupillé une grenade dans une lessiveuse de crème Chantilly... Vous imaginez le cataclysme.

Si j'osais un conseil, le livre neuf n'existant sans doute plus, trouvez-vous un bouquin d'occasion. Vous ne le regretterez pas.


 

 

 

Posté par piezylawski à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2018

REGARD DE FEMME.


Regard de femme BLes premières pages tournées, j'ai littéralement été aspiré par la lecture de ce polar tout à fait différent dans la mesure où il nous transporte dans des milieux inhabituels, pour le commun des lecteurs : le gouvernement, des ministères, la justice, la proximité des élections, les intrigues... Sans oublier l'originalité première du roman : pas de sang, mais un regard de femme...

Un beau polar, donc, et, je peux en témoigner ici, un bel auteur.

Voilà déjà quelques années, à l'époque de la parution de ce bouquin - eh non, ce n'est pas une nouveauté - le hasard a fait que j'ai vécu une journée entière assis juste à côté de Jean-Louis Debré, dans un salon du livre d'une petite ville des Flandres. Nous n'avons pas cessé de papoter, de blaguer, d'évoquer des anecdotes... Et je dois reconnaître que j'ai découvert ce jour-là une célébrité singulièrement sympathique.

Et quelle ne fut pas ma surprise, le midi, au moment de rejoindre la salle à manger contiguë où nous devions déjeuner tous ensemble, de trouver mon célèbre voisin qui m'attendait pour me demander d'accepter de manger à sa table, avec quelques autres auteurs... la table des officiels ne le tentait pas...

A cette époque, il avait déjà été juge d'instruction, député, ministre de l'Intérieur, président de l'Assemblée nationale, et il présidait le Conseil constitutionnel !

Pour moi, et définitivement, il fait partie des rares qui gagnent à être connus. Chapeau bas, Président !

JL Debré


 

 

Posté par piezylawski à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 décembre 2018

Mes 10 préférés, en 2018.


Top dix

 

Cette année encore je vous livre, en vrac, les dix titres qui auront véritablement marqué mes lectures, à partir d'un seul critère : la qualité.

Et une fois encore, à chacun de choisir en fonction de ses goûts.

Molière aux éclats, de Pascal Debailly.

Darling, de Jean Teulé.

La Fontaine, une école buissonnière, de Erik Orsenna.

Le fou du roi, de Mahi Binebine.

Un été dans l'ouest, de Philippe Labro.

Regard de femme, de Jean-Louis Debré.

Les chagrins ont la vie dure, de Catherine Laborde.

La serpe, de Philippe Jaenada.

Le diable en sabots, de Claude Seignolle.

Place Vendôme, de Yvan Delcourt.

                                                                                                      Si vous manquez de temps, lisez donc la nuit...


                      

Posté par piezylawski à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2018

Molière aux éclats.

Molière aux éclats

D'abord quelques mots pour m'excuser de ces trois mois de silence... bien involontaires, puisque liés à des problèmes de santé dont je me serais bien passé...Bref, passons...

J'enchaîne aujourd'hui avec un ouvrage tout à fait hors du commun : 240x150 c'est un vrai grand format, 564 pages, 936 grammes. Vous l'avez compris on n'est pas du tout là devant une bluette sans intérêt mais, bien au contraire, devant une étude très documentée, très structurée, très complète... qui ne laisse dans l'ombre aucun aspect de l'oeuvre théâtrale de Molière.

Une analyse toujours pertinente qui aborde de multiples aspects de ce théâtre directement influencé par la vie de l'auteur, par son époque, sans oublier un certain Louis XIV... et sans jamais perdre de vue ce qui constitue sans doute ici une finalité première : le rire, aux éclats, celui de l'enfance...

Si comme moi vous n'avez pas pour habitude de dévorer un ouvrage d'érudition conçu dans une langue accessible au plus grand nombre, osez Molière aux éclats, non seulement vous ne le regretterez pas mais vous aurez appris mille choses auxquelles vous n'aviez même jamais songé. Je vous le garantis, et je ne prends aucun risque.

L'auteur, enfin, Pascal Debailly, se défend d'être un érudit. Ben voyons... Professeur à l'Université de Paris Diderot-Paris 7, il y enseigne la littérature française des XVIe et XVIIe siècles. Et je ne suis pas loin de penser que son pain quotidien c'est l'érudition, mais simple, offerte à tous, gentille... Pour l'avoir rencontré dans une manifestation bien sympathique, je crois savoir qu'il est ce qu'il paraît, sans rien déguiser.

Rarissime, n'est-il pas ? Convenons-en.


 

Posté par piezylawski à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 août 2018

DARLING


darling

 

Ames sensibles, porteurs d'un pacemaker, innocents qui viennent de naître... oisifs hyperfriqués qui sirotent leur Darjeeling dans de la porcelaine de Sèvres... surtout... surtout... n'ouvrez pas Darling de Jean Teulé. Vous risqueriez fort de ne jamais vous en remettre.

J'ai pratiquement lu, et adoré, la plupart des ouvrages de cet auteur que j'ai découvert - jeune - à la télévision, à l'époque de Jacques Martin... c'est vous dire !!! Mais ce livre-ci m'a proprement étendu pour le compte. Fort heureusement, je lis souvent couché.

Toujours la même verve, la même absence de fioritures dans le propos, le même humour, et cette gentillesse sous-jacente que l'on devine naturelle et permanente... et peu à peu s'installent l'horreur, l'insupportable, l'abject, l'inhumain... en particulier à partir du moment où l'on comprend que ce roman s'appuie, rigoureusement, sur le récit d'une réalité vécue...

Chapeau bas à cette Darling qui a trouvé - je ne sais comment - la force de se relever.


Posté par piezylawski à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2018

LA FONTAINE... ORSENNA...


Erik-Orsenna-La-Fontaine-une-école-buissonnière- ALa Fontaine... tout le monde connaît...

Erik Orsenna... beaucoup connaissent...

Ces deux-là boxent donc dans la même catégorie : les grands... les très grands...

Avec notre académicien contemporain on est rarement déçu, pour ne pas dire jamais. Cet écrivain excelle dans des genres fort variés... on l'a même vu chantonner la grammaire. C'est vous dire !

Ici, il raconte à sa manière notre Jean de La Fontaine national, né à Château-Thierry en 1621, aux portes de la Champagne. Coquin, libertin, allergique au travail qui risquerait de l'aliéner. S'il est mondialement célèbre pour ses fables - 243 quand même - ses premiers vrais écrits furent des contes, et tous fort lestes. Des années d'écriture en coquinerie, au milieu de ces dames gentilles de corsage.

Si la formule est belle,ces contes érotiques lui valurent de nombreuses inimitiés qui ne manquèrent pas de le plonger, très vite, dans le dénuement le plus insupportable. Et si Madame de la Sablière ne l'avait hébergé pendant des années, notre fabuliste eût été un SDF célèbre...

Jean Racine, Boileau, Colbert, Mazarin, Louis XIV, Nicolas Fouquet, Vaux-le-Vicomte... on connaît tous ces gens qui ont traversé l'existence de La Fontaine... et pourtant, à lire l'ouvrage d'Erik Orsenna, on a l'impression qu'il nous réapprend, de façon fort agréable, sans jamais nous lasser,  tout ce que nous savions déjà... Une vraie performance.

Bref, n'hésitez pas : buvez goulûment La Fontaine... à la fontaine Orsenna. Vous verrez, on s'y régale.


Posté par piezylawski à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 janvier 2018

LE FOU DU ROI


FOU DU ROI

 

Prof de maths en fac, peintre, sculpteur, romancier... n'en jetez plus, Mahi Binébine touche à tout avec un égal bonheur.

L'enfant de Marrakech a grandi et, avec "Le Fou du Roi", il livre un ouvrage qui a le mérite de transporter le lecteur là où il n'a sans doute jamais mis les pieds : l'entourage quotidien et immédiat de l'ex roi du Maroc Hassan II. Le fou du roi, c'est le père de l'auteur, d'extraction fort modeste mais doué, entre autres, d'une mémoire bien au-delà de toutes les normes.

Pendant des décennies, parmi les courtisans dont le monarque absolu aimait s'entourer, il a été chargé de distraire le roi, souvent en lui contant des histoires merveilleuses... Ce père devra aller jusqu'à renier l'un de ses fils, pour ne pas perdre ses avantages... et l'oreille du roi.

Donc une part, non négligeable, de biographie, mais également et peut-être surtout, une description sensible de l'ambiance cruelle qui peut régner dans l'antichambre d'un monarque absolu, et une belle analyse psychologique du comportement humain quand il se frotte à l'argent du pouvoir.

Bref, un ouvrage très original qui sort le lecteur de toutes ses routines...

MAHI


 

Posté par piezylawski à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 janvier 2018

Mon TOP 10.


S'il vous arrive d'errer sur ce blog, vous avez sans doute croisé la rubrique "Scotché par un bouquin", dans laquelle, de temps à autre, je m'efforce de présenter un bouquin qui m'a vraiment plu. Je le fais rarement, souvent faute de temps... Et pourtant, dans mes lectures, bien d'autres ouvrages mériteraient d'être cités.

Depuis des décennies, je note dans des listes les titres des bouquins que je lis, et j'ouvre une nouvelle liste chaque premier janvier. C'est ainsi que je sais qu'en 2017 j'ai lu 109 ouvrages - en grande partie la nuit - très éclectiques... donc pour tous les goûts.

L'idée m'est venue de vous proposer, sans aucune idée de classement, les dix livres qui m'auront, en 2017, le plus marqué.

En bien.

A vous de voir...

Le soleil des Scorta.   de Laurent Gaudé.

De l'aborigène au zizi.   de Bruno Dewaele.

C'était bien.   de Jean d'Ormesson.

Je m'appelle Elisabeth.   de Anne Wiazemsky.

La valse des arbres et du ciel.   de Jean-Michel Guenassia.

Le roman de Rabelais.   de Michel Ragon.

L'emprise   de Marc Dugain.

Golem.   de Pierre Assouline.

Ma mère du Nord.   de Jean-Louis Fournier.

Le coeur en dehors.   de Samuel Benchetrit.

                                                                           Bonnes lectures.


 

 

Posté par piezylawski à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 novembre 2017

TROIS VIES... TROIS DESTINS...


Actes Sud

 

Capus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un format reconnaissable entre mille, Actes Sud, c'est souvent très bien, et je ne suis vraiment pas le seul de cet avis. D'ailleurs, le dernier Goncourt vient de leur tomber dessus, et tant mieux pour eux !

Deux ans et demi, déjà, que ce bouquin que j'ai aimé a été publié. Je n'avais jamais rien lu d'Alex Capus, cet écrivain journaliste qui vit en Suisse et écrit le plus souvent en allemand. Mais la quatrième de couverture  laissait entendre que le lecteur allait croiser trois destins hors du commun qui ont effectivement traversé le vingtième siècle. Alors, moi qui aime qu'une part de vérité sous-tende une oeuvre quelle qu'elle soit, je me suis lancé...

Et je n'ai vraiment pas regretté. Sauf au moment de fermer définitivement le bouquin...

En fait, chacune de ces vies m'a littéralement embarqué, quasiment comme un roman d'aventures. Trois aventures pas forcément données à tout le monde, mais qu'Actes Sud nous offre sur un plateau :

En Grèce, aux côtés de Schliemann hanté par les ruines de Troie et de Cnossos, Emile Gilliéron, dessinateur de génie, n'hésitera pas à réinventer les parties manquantes des fragments mis au jour dans les fouilles. Un sacré faussaire.

Laura d'Oriano commencera comme chanteuse de cabaret et finira espionne.

A Los Alamos, Félix Bloch, physicien de génie, apportera sa contribution à la conception et à la réalisation de la première bombe atomique... avec tous les tourments inhérents à cette recherche...

Alex Capus passe de l'un à l'autre de ses héros avec le plus grand naturel, relançant ainsi à chaque fois l'intérêt du lecteur. Difficile de s'arracher à ces pages... vous verrez...



Posté par piezylawski à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,