28 juillet 2017

Quand un coup de coeur devient pub...

Scan1

Du rire aux larmes, c'est toujours la même sensibilité qui s'exprime, et c'est bien ainsi. Mille mercis à Françoise qui n'a rien dissimulé.

Cet ouvrage, je ne cesse de le dire aux lecteurs que je rencontre, est à mes yeux un roman humaniste dans lequel on côtoie des gens comme nous en avons tous rencontré. Un bouquin foncièrement optimiste, même s'il comporte quelques pages noires, noir foncé, que tout lecteur éveillé aura bien du mal à oublier...

Sacré Gabin !


 


 

Posté par piezylawski à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 mai 2017

BELLE RENCONTRE.


Extrait  de  La  Voix  Du  Nord, du 06/05/17.

Émilie Legrand, professeure de français au lycée professionnel Pierre-Joseph-Fontaine, s’était donné une mission : passionner sa classe pour un ouvrage. C’est avec J’ai dix ans, mais…, un livre de Pierre Zylawski, qu’elle y est parvenue. Professeur de lettres à la retraite, M. Zylawski occupe son temps à écrire des romans et des nouvelles entre deux salons du livre. C’est à l’un d’entre eux que tous deux se sont rencontrés pour «  réveiller un engouement pour la lecture chez des élèves de lycée pro  ».

Dixième œuvre de la plume de Pierre Zylawski, J’ai dix ans mais… est l’histoire d’un enfant de la région qui, malgré des difficultés sociales, réussit à s’en sortir. Les jeunes lecteurs qui, selon leur professeure, «  ne sont pas vraiment habitués à lire des livres de plus de 300 pages  », ont dévoré ce livre avec enthousiasme. «  Certains ont pu se reconnaître dans l’intrigue, aussi bien dans le parcours du personnage que dans les lieux cités. C’est un aspect très important de la lecture à mes yeux puisque nous étudions une thématique nommée «Se raconter, se construire».  » La lecture de l’œuvre a également été bénéfique d’un point de vue culturel. «  Les élèves attendaient la suite à chaque séance. Plus on lisait de pages, plus les liens intertextuels apparaissaient. À travers certaines lignes, ils ont par exemple découvert ce qu’était Les Fourberies de Scapin. »

Curieux de connaître les origines du livre, c’est en chair et en os que les lycéens ont pu rencontrer l’auteur pour lui poser leurs questions. «  Au lycée, nous avons l’habitude de travailler sur des œuvres classiques dont les auteurs sont morts depuis bien longtemps. Créer un lien avec un auteur et pouvoir échanger avec lui rend d’emblée la lecture plus passionnante  », se réjouit Mme Legrand.

C’est ému que Pierre Zylawski reconnaît n’avoir jamais été aussi bien accueilli. Lui aussi élève avant d’être professeur, il pouvait deviner l’influence de son œuvre, mais il ne s’attendait pas à un tel impact.

 

 

Photo 03

 

 


 

 

 

 

Posté par piezylawski à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 septembre 2016

Le clin d'oeil de la voix...


 

              

Scan1

           

               de la Voix du Nord... bien sûr...          

               Merci à Béatrice Frère.


Posté par piezylawski à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juillet 2016

Sympa, la médiathèque de Ruitz.


Ruitz-Zylawski

 

Ruitz

 

Posté par piezylawski à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 novembre 2015

Dans les foyers maubeugeois.


Scan10008 B

Il a raison, bonne lecture à tous...


Posté par piezylawski à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 octobre 2015

DANS LA GAZETTE...


Scan10001

 

Scan10006


 

 

Posté par piezylawski à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mars 2015

A LA BIBLIOTHEQUE DE BAVAY.


BAVAY 01

BAVAY 02

Posté par piezylawski à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 février 2015

QUAND LE NORD S'EN MELE...


Scan10147

 

Un Ch'ti parmi des millions de Ch'tis...

toujours content de rencontrer, aux quatre coins de la région ou du pays,

des Ch'tis lecteurs.

Bonnes lectures, à tous.


Posté par piezylawski à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 février 2014

LA SAMBRE du 14/02/2014. Extraits. Nicolas Leclercq.


Double homicide à Obrechies !

MAMIE LA SAMBRE

Heureusement, ce n'est que de la fiction mais Pierre Zylawski réussit à nous plonger au coeur de l'action et du suspense, avec son nouveau titre paru aux Editions du Riffle. Son sixième ouvrage publié en l'espace de quatre années...

"Tous les bouquins que j'écris sont d'un genre différent. Je ne veux pas être catégorisé, j'écris en dilettante, pour me divertir.", nous explique l'auteur. Il ne se cantonne pas dans un style, la preuve avec "Au secours des Ch'tis", un roman édité chez Edition du Bout de la Rue, dans une collection "jeunesse". "C'est une enquête d'un détective privé qui doit se dérouler dans la région de l'auteur", nous explique-t-il.

Pour tous ses ouvrages, il se documente longuement. "Une fois que j'ai rassemblé assez d'éléments, il faut définir un fil conducteur, puis vient la période de la structuration de l'ouvrage." Quand on lui demande pourquoi il a situé l'action de son polar à Obrechies... :"J'aime bien Obrechies, j'y connais des gens, j'ai failli y habiter".

Vous souhaitez connaître les coupables ? Vous savez ce qu'il vous reste à faire...


 

Posté par piezylawski à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 février 2014

LA VOIX DU NORD du 16/02/2014. Extraits. Béatrice FRERE.


MAMIE LVDN A

Après cinq livres plutôt ancrés dans le terroir, voilà que le Maubeugeois embrasse un genre nouveau pour lui : le polar. Sacré défi pour un auteur surtout passionné par l'être humain... Le sang ? Très peu pour lui. Il lui a donc fallu se familiariser avec le milieu policier. Et ça donne "On l'appelait mamie", un bouquin qui ne tombe pas des mains...

"Mamie" est morte dès la première page... Sauvagement assassinée, Mathilde Baillé, 82 ans, ancienne institutrice d'Obrechies que tout le monde vénère... L'auteur s'est-il inspiré de la chronique quotidienne des faits divers pour conduire son intrigue ? Même pas ! Mais il ne se berce d'aucune illusion à ce sujet : la violence, le goût des lecteurs pour le gore... Il a d'ailleurs convoqué Honoré de Balzac comme premier témoin, dès l'épigraphe de son livre : "Toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité."

Pierre Zylawski a planté le décor dans le charmant village d'Obrechies, en prenant soin, insiste-t-il de ne froisser personne... Le fil conducteur... la chute finale, essentielle... et surtout ne pas négliger la documentation, tous azimuts. Ainsi, il a exploré la commune, visité l'église, la salle des fêtes. "J'ai aussi travaillé les aspects plus techniques de l'enquête avec mon voisin, ancien commissaire de police, et deux de mes anciennes élèves également entrées dans la police". Pour le reste, l'auteur a voulu soigner ses personnages, en s'attachant aux caractères...

Une bonne surprise. D'abord un plaisir incontestable, celui de retrouver dans un roman des lieux familiers : Obrechies, Maubeuge, Ferrière... L'omniprésence des dialogues - indispensables pour l'auteur si l'on veut voir avancer l'enquête en même temps que les policiers - ne gênera pas les habitués du genre. La bonne tenue de l'intrigue, et puis, une fois la dernière page refermée, on a envie d'en savoir plus sur Léo et Maeva, les deux policiers. Par petites touches, l'auteur livre un peu de leurs tumultes intérieurs. Quand on a envie de suivre les personnages, c'est bon signe...


 

Posté par piezylawski à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,