Fenêtre sur crime

 

Les romans policiers ne manquent pas de lecteurs. Il suffit pour s'en convaincre de mettre le pied dans un salon du livre réservé à ce genre : la foule des visiteurs y est dense, et certains ploient littéralement sous la charge des polars qu'ils viennent d'acheter ! Bref, le roman policier est un véritable filon qu'énormément d'auteurs exploitent.

Linwood Barclay, cet Américain qui vit à Toronto, au Canada, n'a vraiment pas besoin de mon aide pour assurer sa publicité ! C'est une évidence. Et pourtant, je tiens à faire ici l'éloge de son polar "Fenêtre sur crime".

Pour une raison majeure : l'originalité du propos. De loin le plus difficile, pour tous les auteurs, et dans ce genre tout particulièrement. Et je suis persuadé qu'avant même d'avoir écrit la première ligne, le succès de son bouquin était assuré, simplement parce que tout l'édifice repose sur une idée comme on en a une, dans une vie !

Je ne vais évidemment rien révéler, mais croyez bien que ce polar sort de l'ordinaire, ne serait-ce que parce que les torrents de sang bien inutiles sont ici avantageusement remplacés par une galerie de personnages parfaitement campés et suivis dans toutes les nuances dont ils sont capables. Deux frères. Un autiste Asperger ? Schizophrène ? Une vice-championne olympique. Un tueur à gages. Un ex Président des Etats-Unis ? Politiciens corrompus. Avocats pourris...

Et peut-être surtout et avant tout, sur internet, une application qui ressemble drôlement à Google Earth...

Quel savant mélange, pour une recette appétissante au goût hors du commun !

Mille bravos, Monsieur Barclay.

 

 

Photo Barclay