Le_journal_intime_d_un_arbre

Didier Van Cauwelaert, tous les amateurs de lecture ont au moins entendu son nom, certains connaissent ses écrits, d'autres croient se souvenir qu'un jour on lui a attribué le Prix Goncourt... alors je me dis que ce bouquin que j'hésite à choisir est peut-être mieux que d'autres. En tout cas, d'emblée, le titre interpelle, et comme je n'ai jamais lu le journal d'un poirier... Vendu !

Dès les premiers chapitres, moi qui ai consacré des pages et des pages de Ici la terre à raconter des arbres, des tas d'arbres, je suis définitivement happé par Tristan, ce poirier censé donner des Vilgoutées, les poires préférées de Louis XIV, mises au point par La Quintinie au potager de Versailles.

Ce Tristan avait 300 ans et, dès la première phrase, le drame est on ne peut plus clair :"Je suis tombé au lever du jour."

Commence alors, à la première personne, intime, comme il convient dans un journal, l'évocation des temps forts des trois siècles de l'existence de ce poirier, plus tout à fait arbre, pas tout à fait humain... mais si proche. Des temps forts, mais également des rencontres, des gens qui ont marqué Tristan de leur empreinte : Georges, Tristane, bien sûr, Yannis, puis Audrey, Toé... jusqu'à l'inattendu Alfred Dreyfus. Des gens, des anecdotes, des amours évidemment... et cette statuette... comme pour rester un peu vivant...

Une belle histoire, un beau livre. Accrocheur, original, singulièrement réfléchi, fort bien écrit, mais personne n'en a douté.

Goûtez donc aux Vilgoutées.